The Rough Riders and various tidbits - Les Rough Riders et variétés

On Friday last week, I made my way to the Blue Note club for The Rough Riders. This trio is composed of Henry Kapono, John Cruz and Brother Noland. All three have long solo and group careers under their belt and it shows. It was an excellent set! They played repertoire ranging from traditional Hawaiian to Rock'n Roll, with some bluesy and countryish pieces thrown in. Most were their own compositions.

I sat at the bar, in the back of the club. It's actually a dinner show club, so they serve food as well. You have to buy a ticket to get in (around $20 for the cheapest seats) and you are required to order at least $10 worth during the set. The cheapest menu items are $9 (forcing you to oder two, of course), and a burger with fries and salad is a whole $30. I ordered a $14 mojito. I can say that at least they didn't skip on alcohol. It was a strong, if a little small, mojito and it lasted me through the whole show.

Then I wandered around waikiki a bit and explored the upper levels of the Royal Hawaiian shopping center. It seems that the better restaurants are up on the upper levels. I had seen posts about a Thai restaurant that just opened and that seemed good. And indeed the food was good, if a little overpriced for what it was (well, it is Waikiki after all - and you have to pay for the decor - votives hanging over a pool of water with floating candles... and fresh flowers and golden cutlery). Then I got a sample of Uncle Tetsu's cheesecake. It's good, but I'm still wondering what the hype is all about.

As I was walking around, I realized they were streaming the Merrie Monarch festival throughout the Center. That event is on my wish list for a coming year. For this year it was too complicated to organize (and tickets are sold out in the Fall anyway), but I will go, one of those days.

On Saturday morning, I rushed to the Farmers Market, then made my way to Washington Middle School where we usually practice taiko for their Fun Day event. We were performing with the youth group. This time, I played two pieces (of a total of three I've performed on stage). There were not many spectators - we played as the opening act at 10am and most kids were busy in the games stands. They gave us food after the show (hot dogs, homemade baked goods, chips, soft drinks and fresh fruit). I stuck around for a while after we were done to listen to the music a little bit. There was a singer called Summer who sang Hawaiian songs, and one of the organizers of the event danced hula with her. After that was the band Imua. I didn't stay too long because I wanted to do other things! I actually ended up going to Walmart and Don Quijote, then to Ala Moana, and then home, so it wasn't very exciting.

I had planned on spending a quiet evening at home, but then Chizuko invited me to a movie called Tenshin. It was an interesting story about Tenshin and a few other artists who revived Japanese art during a period of intense westernization. The plot has a couple of holes and is a little bit hard to follow (we both got confused), but it was still captivating.

On Sunday, after a day of taiko, I came home and took a walk around the neighborhood, which is where most of the recent pictures you can see at the right of my blog (on my Instagram feed) came from.

I've talked about Honolulu being disorganized several times. As a pedestrian, there are things we notice. Some streets have sidewalks that end suddenly in somebody's landscaping. Some will have sidewalks that stop, skip a house, and pick up at the next one. There are pedestrian crossings everywhere when you don't want to cross, but when you do want to get to the other side, there are no more crossings. There's push-to-cross buttons at all major intersections. But there seems to be little correlation between the existence of a sidewalk, the width of the street (or the number of lanes) and the existence of a pedestrian crossing. I've had to cross 3-lane boulevards with only white stripes painted on the ground (thankfully people actually stop for pedestrians here); but I've also pressed the button and waited for the cross signal in completely empty streets, even during traffic hour. Eh, it's all part of the charm ;-)

On Wednesday evening, I decided to try a local restaurant called TOWN. I had a potato and chorizo soup (it was chilly, humid and very windy outside), seared ahi as a main dish and caramel gelato for dessert. For those who know Le Chien Fumant, it's pretty similar. I love the words written on the check:
local first,
organic whenever possible,
with Aloha always.
Yep, that's what food should be about.

Talking of food, going the farmer's market is amazing. It's a real privilege to be able to grow food all year round. The local farmers aren't organic certified, but they don't spray unless they have to. I believe it, because I always find something in the kale I get from Ho Farms (the record so far is one slug, two tiny spiders and one moth, all from the same bunch of kale). It's a real pleasure to make food with fresh local ingredients. There are so many months of dreary produce in Quebec. This is probably what I'm going to miss most when I'm back.

So every Saturday, when I come back from the market, I make myself something with the fresh supplies I just got. This week, this is what I ate for brunch:
- Shredded green papaya (bought pre-shredded), to which I added soy sauce, vinegar, honey and hot sauce.
- Jicama and cucumber salad, with red green onions and baby celery (all local), with mayo, mustard and paprika.
- Cooked lettuce (it was getting old so I sautéed it in butter) and pulled pork (that I'd made last week), topped with two fried eggs fresh from Ho Farms and fresh salsa from the market.
- Hawaii-grown grapefruit sprinkled with a little bit of sugar and broiled.
- Lemon-coconut muffin I baked yesterday.
- Maui coffee and coconut milk
I made more food because I had time and I felt like cooking, and I like having leftovers for the rest of the week. Now I have to eat it all before my housemates complain that I'm overtaking the fridge!

On Saturday, TCP had two shows. One was at Hale Koa, the military hotel in Waikiki, and the other around Pearl City. Both were for gatherings organized for someone's birthday. I played two pieces this time. They did the lion dance and I was the girl giving it the clementine; I chickened out on being the Lion's guide in the crowd - I'll do it next time when I understand the process better. I'm getting better at managing equipment and more confident with the pieces. I'm still bad with transitions. I'll get there. We just don't practice that and I haven't done enough shows yet. After the last show, they gave us food - typical Hawaiian food: kalua pork, rice, lomilomi, poke, poi, and also some green leaf stew (I don't know what that was), another stew with potato-like pieces and meat, glass noodles, and crab legs. Then I drove the econoline back to the dealership with Chizuko. It was a long day and I was happy I had food ready to eat when I finally arrived home!

Sunday, after taiko, I walked towards Waikiki to watch the sunset. Around the marina, I looked into the water and saw some tropical fish. A huge puffer fish swam by. It was drizzling and there were wide ribbons of rain in the sky over the sea. The sky behind the setting sun was blue-green. The tide was high and walking towards Diamond Head, there were places where the water was so high around the passage ways that we had to time ourselves and run between the waves.

It's funny how living without a car changes the way I perceive time and distance. I'm always amazed that I can look at something that seems really far away and find myself there half an hour later. Walking feels slow but just a little persisistance, and it covers great distances. Now if there are no practical buses coming back from Waikiki, I'll walk for an hour and think nothing of it. Yesterday I walked to Foodland, half an hour away. Granted, I didn't buy beer or wine because I didn't want to carry it home, but I didn't even ask myself if I was going to take the bus. It was a nice evening stroll after sitting at the computer all day.

It's also nice to be in a place where most people will actually look at you when they talk to you. Even bus drivers, cashiers at the grocery store and servers at restaurant. I always feel like they genuinely care that they're serving another human being. When I walk to the market, everybody says hello when we meet in the street. This morning the bus driver thanked me for walking 5 meters to his bus.

I've also noticed, here, that the tendency for people is to apologize first. If you almost bump into them because you haven't checked properly before going around the corner with your grocery cart, they'll apologize (no no, it's my fault, *I*'m sorry!). If you bump into them while walking around, they'll apologize (no really, it's *my* fault!). I had someone apologize to me today because she was in the bathroom with her son and it took a while, and I was waiting for my turn. It ends up making everyone happy. Croix says it's because Hawaiians are non confrontational and would rather avoid any kind of trouble. I prefer to think that's what people mean when they talk about the spirit of Aloha. 
Vendredi la semaine dernière, je suis allée au club Blue Note pour le spectace des Rough Riders, un trio composé de Henry Kapono, John Cruz et Brother Nolad. Tous les trois ont visiblement une très longue carrière solo et de groupe derrière eux. C'était un excellent spectacle! Ils ont joué des pièces du registre Hawaïen traditionnel, vers le rock'n roll, avec un peu de blues et de country. La plupart étaient leurs propres compositions.

Je me suis assise au bar, à l'arrière du club. C'est en fait un resto-bar, alors ils servent aussi de la nourriture. Il faut acheter un billet pour entrer (une vingtaine de dollars pour les sièges les moins chers) et il faut aussi commander pour au moins 10$ pendant le spectacle. Les articles les moins chers sur le menu sont évidemment à 9$ (pour nous forcer à en commander deux), et un burger avec des frites et une salade coût un gros 30$. J'ai commandé un mojito à 14$. Je peux au moins dire qu'ils n'ont pas lésiné sur l'alcool. C'était un mojito un peu petit, mais assez fort, et il a duré tout le spectacle.

Ensuite, je me suis promenée dans Waikiki un peu. J'ai exploré les niveaux supérieurs du centre commercial du Royal Hawaiian. Les meilleurs restaurants semblent être installés aux niveaux supérieurs. J'avais vu sur Facebook des annonces d'un restaurant thaïlandais qui venait d'ouvrir et ça semblait intéressant. Et oui, la nourriture était bonne, même si elle était un peu chère pour ce que c'était (bah, c'est Waikiki après tout - et il faut payer pour le décor - bougies accrochées au-dessus d'un bassin d'eau sur lequel flottent des lampions... et des fleurs fraîches et de la coutellerie dorée). Puis j'ai eu un échantillon de gâteau au fromage de Uncle Tetsu. C'était bon, mais je me demande encore pourquoi les gens se les arrachent autant.

En me promenant dans Waikiki, je me suis rendue compte qu'ils diffusaient le festival Merrie Monarch en direct un peu partout. C'est sur ma liste de choses à faire dans les prochaines années. Pour cette année, c'était trop compliqué à organiser (et les billets sont vendus depuis l'automne de toute façon), mais je vais y aller un de ces jours.

Le samedi matin, je me suis dépêchée d'aller au marché, puis je me suis rendue au Washington Middle School, où nous pratiquons habituellement le taiko, pour leur Fun Day. Nous avons joué avec le groupe de jeunes. Cette fois-ci, j'ai joué deux pièces (sur un total de trois que je peux jouer). Il n'y avait pas beaucoup de spectateurs - nous avons ouvert les festivités à 10h et le plupart des enfants étaient occupés dans les jeux. Ils nous ont donné à manger après le spectacle (hot dogs, pâtisseries maison, chips, boissons gazeuses et fruits frais). Je suis restée un peu pour voir les autres spectacles. Il y avait une chanteuses appelée Summer qui nous a présenté des chansons hawaïennes, et une des organisatrices a dansé le hula avec elle. Ensuite il y avait le groupe Imua. Je ne suis pas restée très longtemps parce que je voulais faire autre chose. Finalement, je suis allée chez Walmart et Don Quijote, puis au Ala Moana, puis chez moi, alors ce n'était pas tellement intéressant.

J'avais prévu passer une soirée tranquille à la maison, mais Chizuko m'a invitée à aller voir le film Tenshin. C'était l'histoire intéressante de Tenshin et de quelques autres artistes à l'origine du regain de popularité de l'art japonais à une époque d'intense occidentalisation. Le scénario avait quelques trous et c'était un peu difficile à suivre (nous étions toutes les deux un peu mêlées), mais c'était quand même captivant.

Le dimanche, après une journée de taiko, je suis rentrée à la maison et j'ai marché dans le quartier. C'est de cette marche que proviennent la plupart des photos récentes que vous voyez à droite de mon blogue (dans mon fil Instagram).

J'ai déjà mentionné que je trouve Honolulu désorganisée. Il y a des choses que les piétons remarquent. Certaines rues ont des trottoirs qui finissent subitement dans l'aménagement paysager de quelqu'un. Certaines ont des trottoirs qui arrêtent, sautent une maison, puis reprennent à la suivante. Il y a des traverses de piétons partout quand on ne veut pas traverser, puis quand on veut se rendre de l'autre côté, il n'y en a plus. Il y a des boutons pour des passages prioritaires à toutes les grandes intersections. Mais il semble y avoir peu de corrélation entre l'existence du trottoir, la largeur de la rue (ou le nombre de voies) et l'existence d'une traverse de piétons. J'ai eu à traverser des boulevards à trois voies avec seulement des lignes blanches peintes (heureusement que les gens s'arrêtent pour les piétons ici); mais j'ai aussi dû appuyer sur le bouton et attendre mon tour dans des rues complètement désertes, même à l'heure de pointe. Bah, ça fait partie du charme ;-)

Mercredi soir, j'ai décidé d'essayer un restaurant local qui s'appelle TOWN. J'ai mangé une soupe de patates et chorizo (il faisait froid, c'était humide et il ventait très fort), du thon comme plat principal et une glace au caramel comme dessert. Pour ceux qui connaissent le Chien Fumant, c'est le même genre de restaurant. J'aime les mots écrits sur l'addition (traduction libre):
local d'abord,
biologique aussi souvent que possible,
avec Aloha toujours.
Oui, c'est ce que la nourriture devrait être.

Parlant de bouffe, aller au marché tous les samedis est formidable. C'est un immense privilège de pouvoir faire pousser de la nourriture toute l'année. Les fermiers locaux n'ont pas la certification biologique, mais ils n'utilisent des produits qu'ils n'ont pas le choix. Je les crois, parce que je trouve toujours quelque chose dans le kale que j'achète à Ho Farms (le record à ce jour est une limace, deux petites araignées et un papillon, tout dans la même botte de kale). C'est un réel plaisir de cuisiner avec des ingrédients frais et locaux. Nous avons tellement de mois de disette de ce côté au Québec. C'est probablement ce dont je vais m'ennuyer le plus à mon retour.

Alors, chaque samedi, quand je reviens du marché, je me cuisine quelque chose avec les produits frais que j'ai rapportés. Voici ce que j'ai cuisiné cette semaine pour le brunch:
- Papaye verte déchiquetée (achetée comme ça), à laquelle j'ai ajouté de la sauce soya, du vinaigre, du miel et de la sauce piquante
- Salade de jicama et de concombre avec oignons verts rouges et pousses de céleri (tout local), plus mayo, moutarde et paprika.
- Laitue cuite (elle était vieille alors je l'ai sautée dans le beurre) et porc effiloché (que j'ai fait la semaine dernière), avec deux oeufs tournés frais de Ho Farms et de la salsa fraîche du marché.
- Pamplemousse cultivé à Hawaï avec un peut de sucre et grillé au four.
- Muffin au citron et à la noix de coco que j'ai fait la veille.
- Café de Maui et lait de coco.
J'ai fait plus de nourriture parce que j'avais le temps et j'avais envie de cuisiner. Et puis j'aime avoir des restants dans le frigo pour le reste de la semaine. Maintenant il faut que je mange tout ça avant que mes colocs se plaignent que j'envahis le frigo!

Samedi, le TCP avait deux spectacles. Un était au Hale Koa, l'hôtel militaire à Waikiki, et l'autre près de Pearl City. Les deux étaient pour des fêtes d'anniversaire. J'ai joué deux pièces cette fois-ci. Ils ont fait la danse du lion et j'étais celle qui apportait la clémentine; j'ai laissé un autre membre guider le lion cette fois-ci, je le ferai la prochaine fois quand je serai un peu plus habituée. Je suis plus efficace pour gérer l'équipement et plus confiante dans les pièces. Je suis encore mauvaise dans les transitions. Ça va s'améliorer. Nous ne pratiquons jamais ça et je n'ai pas encore fait assez de spectacles. Après le dernier spectacle, ils nous ont donné à manger - de la nourriture hawaïenne typique: porc kalua, riz, lomilomi, poke, poi, et aussi un espèce de ragoût de feuilles vertes (je ne sais pas ce que c'était), un ragoût de viande avec quelque chose qui ressemblait à des patates, des nouilles et des pattes de crabe. Ensuite j'ai conduit l'econoline jusqu'à l'agence de location avec chizuko. C'était une longue journée et j'étais heureuse d'avoir de la nourriture prête à manger quand je suis finalement arrivée à la maison!

Dimanche, après le taiko, j'ai marché vers Waikiki pour regarder le coucher de soleil. Dans le coin de la marina, j'ai regardé dans l'eau et j'ai vu des poissons tropicaux. Un énorme poisson ballon est passé devant moi. Il tombait quelques gouttes et il y avait de grands rubans de pluie au-dessus de la mer. Le ciel derrière le soleil couchant était bleu-vert. La marée était haute et, en marchant sur la plage vers Diamond Head, il y avait des places où l'eau était tellement haute dans les passages qu'il fallait se synchroniser et courir entre les vagues.

C'est drôle comment vivre sans voiture change la façon dont je perçois le temps et les distances. Je suis toujours étonnée de voir quelque chose au loin, et de m'y trouver une demi-heure plus tard. Marcher semble lent mais en persistant, on couvre de grandes distances. Maintenant, quand il n'y a pas de façon pratique de revenir de Waikiki, je marche pendant une heure sans problème. Hier, j'ai marché jusqu'au Foodland, à une demi-heure d'ici. Quand même, je n'ai pas acheté de bière ou de vin parce que je ne voulais pas les transporter jusqu'à la maison, mais je ne me suis même pas demandé si j'allais prendre l'autobus. C'était une bonne petite marche tranquille après avoir été assise à l'ordinateur toute la journée.

C'est aussi bien d'être à un endroit où la plupart des gens nous regardent quand ils nous parlent. Même les chauffeurs d'autobus, les caissiers à l'épicerie et les serveurs au restaurant.  J'ai toujours l'impression qu'ils se soucient réellement de servir un autre humain. Quand je marche vers le marché, tout le monde dit bonjour quand on se croise dans la rue. Ce matin, le chauffeur d'autobus m'a remerciée d'avoir marché sur 5 mètres pour monter dans son autobus.

J'ai aussi remarqué qu'ici, les gens ont tendance à toujours s'excuser en premier. Si vous passez près de frapper quelqu'un en tournant trop vite le coin de l'allée à l'épicerie parce que vous n'avez pas bien regardé, la personne s'excuse (non non, c'est ma faute, *je* m'excuse!). Si vous accrochez quelqu'un en marchant, la personne s'excuse (non vraiment, c'est "ma" faute!). Aujourd'hui, une femme s'est excusée parce qu'elle était dans la toilette avec son fils et que ça été un peu long et que j'attendais mon tour. Ça finit par rendre tout le monde heureux. Croix dit que c'est parce que les Hawaïens n'aiment pas la confrontation et préfèrent éviter le trouble. Je préfère penser que c'est ce que les gens veulent dire quand ils parlent de l'esprit d'Aloha.

No comments:

Post a Comment